Changement d’ambiance avec cette nouvelle incursion en territoire flamand, à Leuven. Pour ce que j’ai compris, un mouvement mené par les universitaires dans les années septantes (ben tiens, on s’adapte) a entraîné la création de Louvain-la-neuve, ville nouvelle construite avec son Université catholique francophone (scission déjà !). A Leuven, alors que la Belgique est un pays avec 3 langues officielles, tout n’est inscrit qu’en flamand. Commander un sandwich en français demande des circonvolutions.
C’est fou, on dirait des catalans qui ne voudraient pas parler espagnol ou français. :-)

Les organisateurs, rassurants : «Pas de soucis, votre voiture sera garée dans une cour fermée.» (Et du coup, le reste du temps dans le parking fermé de l’hôtel Ibis ! autre invitation). «Et puis la soirée est privée». Effectivement, pas une affiche en ville et l’impression que les 40 spectateurs étaient un dernier carré de résistants (ont-il dû donner un mot de passe avant d’entrer ?). Tout çà à 20 km de la capitale de l’Europe…